La tempête Lothar en décembre 1999 a décimé 150 hectares de la forêt et nécessité des campagnes de reboisement.

Le château de Venteuil, notamment connu par la famille des Jussieu, propriétaires du domaine pendant de longues années, surplombe la vallée de la marne. Avant le XVIème siècle, aucune information précise sur le château n’est donnée. C’est en 1588, que les premières sources apparaissent et montrent que le domaine a souvent été vendu et différents propriétaires y sont passés.

La première description du domaine se trouve dans un acte de vente daté du 19 juin 1666. Il y’est décrit : “une ferme appelée Vanteuil, scize proche Jouarre en Brie, paroisse de Sept-Sorts, consistant en maison manable, jardin, enclos, basse court où il y’a un colombier ainsi que toutes les terres qui en dépendent.

En 1736, un autre document recensant l’ensemble des terres attachées à Venteuil, il y est fait mention de plus d’un millier d’hectares s’étendant entre Jouarre, Sept-Sorts et Signy-Signets.

Le 29 juillet 1737, le château de Venteuil est racheté par le baron Aimé Magnus d’Obenheim, lieutenant-général allemand. C’est alors que le château connaîtra des changements et prendra un nouveau visage.

Rasant les anciens bâtiments, il choisit, vers 1760, de faire édifier un élégant château, le même qui, cinquante ans plus tard, sera acquis par Antoine-Laurent de Jussieu.

Pour mener à bien son projet, le baron d’Obenheim fait appel à un célèbre architecte, Saget des Louvières, qui avait déjà œuvré dans la région en réalisant notamment l’auditoire de l’abbaye Notre Dame de Jouarre, bel édifice abritant actuellement la mairie de Jouarre.

Pour Venteuil, Saget des Louvières travaille selon le plus pur goût de l’époque Louis XV. Simple dans ses lignes, le château n’en est pas moins harmonieux, avec son étage surmonté d’un toit d’ardoises d’où se détache un fronton triangulaire, quelques lucarnes en œil de bœuf et quatre grosses lucarnes et quatre grosses cheminées. Autour du château, il réalise aussi deux pavillons de garde encadrant une cour d’honneur. Au Nord, il fait aménager une vaste esplanade, destinée à accueillir des jardins à la française et ouvrant la vue sur la vallée de la marne.

C’est dans cette même campagne de travaux des années 1760 que l’allée menant de Jouarre à Venteuil est crée. C’est alors que sont plantés les majestueux tilleuls qui la bordent encore aujourd’hui.